Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Nocturlabe Historique du nocturlabe

Plan du site

Historique du nocturlabe

Etymologie

nocturnus, mot latin : qui agit la nuit.
lambanein, mot grec : saisir, prendre.

Historique

Le nocturlabe est un cadran stellaire, il permet de lire l'heure locale la nuit.

On ignore qui étaient les inventeurs du nocturlabe et même l'époque où cet instrument est apparu.

Ce sont sans doute les arabes qui le firent connaître.

Au XIIe siècle, un des manuscrits d'Avranches montre un moine du Mont-Saint-Michel utilisant un ancêtre du nocturlabe. La lecture de l'heure stellaire permettait sans doute de s'assurer du moment des prières nocturnes.

Les bergers isolés avec leurs troupeaux dans la montagne pouvaient connaître l'heure grâce au nocturlabe et au cadran solaire cylindrique.

Michel Coignet1, pour la première fois, en 1581, décrivait et expliquait le fonctionnement d'un nocturlabe.

Les navigateurs du XVIe au XVIIIe siècle utilisaient l'instrument pour déterminer l'heure locale la nuit lorsqu'ils étaient en mer. Certains nocturlabes permettaient de préciser la latitude et de calculer le moment de la marée haute dans les ports. Un navigateur pouvait réaliser une lecture avec une précision de plus ou moins 15 minutes malgré le tangage et le roulis des navires.

Les nocturlabes étaient fabriqués en bois et/ou en laiton. Ils venaient, principalement, d'Angleterre, de France, d'Italie ou d'Allemagne.

Il existait des nocturlabes pour les latitudes Nord (le point de référence étant l'Etoile Polaire), utilisés pour les voyages d'échanges commerciaux dans l'Atlantique Nord, très importants aux XVIIe et XVIIIe siècles, et des nocturlabes pour les latitudes Sud (le point de référence devant être cherché à partir de la croix du Sud).

Le nocturlabe fut utilisé pour la navigation au moins jusqu'au milieu du XVIIIe siécle comme l'atteste la découverte faite en 1981 d'un nocturlabe anglais dans l'épave du "Maidstone", un vaisseau anglais qui s'était échoué sur les côtes de Noirmoutier en 1747.

L'inventaire de juin 2017 des nocturlabes comprend actuellement 542 instruments répartis sur la planète. Cet inventaire est fait par Bernard Baudoux membre de la Commission des Cadrans Solaires de la Société Astronomique de France (SAF).



1 Coignet, Michel : mathématicien et ingénieur flamand 1549 -1623

Nocturlabe

Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Nocturlabe Historique du nocturlabe