Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Astrolabe nautique Historique

Plan du site

Historique de l'astrolabe nautique


Pour déterminer sa latitude dans l’hémisphère nord, il est aisé d’utiliser l’Étoile Polaire dont la hauteur dans le ciel correspond, à très peu de chose près, à la latitude du lieu d’observation.

S’il se trouve au sud de l’Équateur, un navigateur doit nécessairement utiliser la hauteur du Soleil ou plus exactement sa distance zénithale. Pour ce faire, il doit utiliser un instrument permettant d’observer le Soleil sans se brûler les yeux. C’est bien le cas avec l’astrolabe nautique, qui permet de "peser1 le Soleil", sans le regarder directement.

Gravure d'après J. Randier

L'invention de cet astrolabe est souvent attribuée, sans aucune certitude, à Martin Behaïm2, membre d’un groupe d’astronomes réunis par le roi Jean II du Portugal pour résoudre les problèmes de navigation rencontrés par les marins portugais dans leur «volta » au large de l’Afrique.

La détermination de la latitude par la hauteur méridienne du Soleil implique d’utiliser une formule mise au point par les astronomes du groupe de Jean II :


latitude = distance zénithale du Soleil ± déclinaison du Soleil

dans laquelle la déclinaison est donnée par des tables établies par l’astrologue Zacuto3.


1L'expression vient de la masse de certains astrolabes en bronze, qui pouvaient peser 2 à 3 kilogrammes.

2Martin Behaim. (1459-1507). Cosmographe allemand au service du roi du Portugal.

3Zacuto. (1450-vers 1510). Astrologue et mathématicien, il servit comme astronome le roi Jean II du Portugal.


Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Astrolabe nautique Historique