Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Cadran solaire analemmatique Historique

Plan du site

Historique du cadran analemmatique

Le plus ancien cadran analemmatique est sans doute celui du Monastère Royal de Brou, à Bourg-en-Bresse, construit au début du XVIè siècle et restauré en 1757 par l'astronome Joseph Jérôme de Lalande1. Celui-ci en fait la démonstration dans un article de l'Encyclopédie méthodique (1784)



Selon Lalande, le mathématicien Jean-Louis Vaulezard2, avait donné aux cadrans solaires de ce type, en 1644, dans leur toute première description, le nom de cadrans solaires analemmatiques.

Une analemme désignait alors une projection cylindrique verticale des cercles de déclinaison et des cercles horaires de la sphère céleste, qu'on dit aujourd'hui projection orthographique. Ainsi projeté un cercle devient une ellipse.

Ce type de cadran, se prête bien à une utilisation comme mobilier urbain, et se répand actuellement sur les places ou dans les parcs des villes. Chacun peut ainsi vérifier que, tout en étant stylé, il faut parfois chercher midi à quatorze heures...


1Joseph Jérôme de LALANDE : astronome français, 1732-1807.

2Jean-Louis VAULEZARD : mathématicien français, XVIIe siècle.


Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire Cadran solaire analemmatique Historique