Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire La rose azimutale et le poème nautique La rose azimutale

Plan du site

La rose azimutale

L'espace formé par la mer d'Arabie et l'Océan Indien qui bénéficie de conditions climatiques originales dues au régime des moussons était sillonné par les marins des plus anciennes civilisations.
Dès la Première Dynastie en Égypte (3000 avant J.C.), des marins naviguaient vers Pount, port que l’on situe sur les rives de la Somalie ou de l'Érythrée. Il est avéré qu'au VIIe siècle de notre ère le commerce arabe était installé en Afrique de l'est, jusqu'à Madagascar.
Au XIVe siècle les écrits d'Ibn Battûta1 témoignent de l'intense activité maritime qui règne dans ces lieux.

Au centre des savoirs des grands marins arabes figure un instrument de navigation, la dayra ou rose azimutale, dont l'emploi dans l'Océan indien est bien antérieur à l'utilisation de l'aiguille aimantée. S'il n'est fiable que dans la zone intertropicale caractérisée par la stabilité des levers et couchers d'étoiles, cet outil satisfait largement aux exigences de la navigation directe entre la Mer Rouge et les côtes de l'Inde.

En 1497, pour entreprendre la traversée de l'Océan Indien après avoir contourné le Cap de Bonne Espérance, Vasco de Gama fait appel à un navigateur arabe qui, maîtrisant parfaitement la conduite des navires sous le régime des moussons est parfaitement rompu aux techniques de la navigation astronomique par la rose azimutale.

A partir du XVe siècle les connaissances arabes en matière d'astronomie et de navigation associées à l'utilisation de l'aiguille aimantée, permettent de créer un instrument qui peut être considéré d'une certaine manière comme un ancêtre du compas de marine en usage sur tous les navires aujourd'hui.

reproduction

Rose azimutale des marins arabes dans l'Océan Indien.

Document extrait des Instructions nautiques et routiers arabes et portugais des XVème et XVIème siècles…, Tome 3. Gabriel Ferrand.

(voir bibliographie)



Dessin de rose azimutale


La rose azimutale, parfois matérialisée sur un disque de bois, divise l'horizon à partir d'un choix de 15 étoiles dont les directions du lever et du coucher permettent de repérer 32 aires (khann, pluriel khunûn) symétriquement réparties de chaque côté de l'axe Nord – Sud.

Dans cette tentative de restitution les aires portent les noms de quinze étoiles visibles dans l'Océan Indien dont le lever et le coucher correspondent approximativement aux pointes de la rose sidérale.
Le Nord est indiqué par l'Etoile Polaire (visible dans l'hémisphère nord) et le Sud par la culmination du Soleil.
L'Est et l'Ouest correspondent aux deux extrémités de la ligne équinoxiale.


1 BATTÛTA : explorateur et voyageur musulman marocain, 1304-1377.



Page d'accueil Atelier instrumental et documentaire La rose azimutale et le poème nautique La rose azimutale